La mutuelle

Suis-je obligé de souscrire à un contrat de mutuelle ?

Au 1er janvier 2016, la couverture complémentaire des frais de santé devient obligatoire pour toutes les entreprises du secteur privé.
Deux critères doivent impérativement être respectés : la mutuelle doit être couverte par un contrat obligatoire et collectif.
En outre, le contrat devra respecter des garanties minimales afin de bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux.

La complémentaire santé doit être financée :

  • à hauteur de 50 % minimum par l'employeur;
  • et jusqu'à 50 % pour le salarié.

Les garanties minimales

Le contrat doit être responsable pour ensuite pouvoir prétendre aux différentes exonérations, il doit ainsi respecter le socle de base.

  • Prise en charge de l’intégralité du ticket modérateur pour les consultations, actes et prestations remboursables par l’assurance maladie ;
  • Remboursement du forfait journalier hospitalier ;
  • Remboursement des frais dentaires à hauteur de minimum 125 % du tarif conventionnel ;
  • Remboursement des frais d’optique sous forme de forfait appliqué par période de 2 ans (1 an pour les enfants et pour les personnes dont la vue évolue) avec un minimum de 100 € pour une correction simple, 150 € pour une correction mixte simple et complexe, 200 € pour une correction complexe.

Les avantages fiscaux et sociaux

Lorsque le contrat est “responsable”, il permet alors de bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux.

  • Pour votre entreprise :
    • Exonération des cotisations sociales sur la contribution dans certaines limites.
    • Déductibilité de l’assiette de l’impôt sur les sociétés de la totalité des cotisations versées
    • La taxe spéciale sur les conventions d’assurance limitée à 7 % au lieu de 14 % de la cotisation
    • Forfait social de 8% sur la part exclue de l’assiette des cotisations sociales
  • Pour vos salariés :
    • Déductibilité de l’impôt sur le revenu de leur contribution.

Est-ce qu'un salarié peut refuser la mutuelle ?

Oui, lorsque le régime est mis en place par une DUE et que des salariés sont déjà en poste dans l’entreprise avant le 1er Janvier 2016, et seulement si la cotisation a pour conséquence de diminuer leurs revenus.
En revanche, si le régime est mis en place par un accord de branche ou un accord collectif, cette exception ne peut être retenue.

Autres cas de dispenses :

  • Lorsque le salarié bénéficie déjà d’une couverture obligatoire, par exemple par le biais du contrat collectif de son conjoint.
  • De même, s’il est éligible aux dispositifs d’aide tels que la CMU-C (Couverture maladie universelle complémentaire) ou l’ACS (Aide au paiement d’une complémentaire santé), il peut aussi refuser la mutuelle.
  • La mutuelle n’est pas obligatoire pour les CDD et apprentis de moins de douze mois ou si la personne est rémunérée par plusieurs employeurs.
  • Les salariés à temps très partiel pourront aussi dire non si la cotisation équivaut à 10 % ou plus de leur salaire.
  • Enfin, les personnes déjà couvertes par un contrat individuel pourront être dispensées, mais seulement jusqu’à l’échéance de leur contrat individuel.

Dans tous les cas, le salarié devra fournir à l’entreprise des preuves de la couverture existante ou du bénéfice des dispositifs d’aide.

Et sur PayFit ?

Sur PayFit, il conviendra d'ajouter autant de contrat de mutuelle qu'il y a de niveau de garanties.

Par exemple, si vous avez négocié un contrat avec un socle de base et une option avec des garanties supérieures, vous devrez alors ajouter deux fois le même contrat, mais avec 2 options différentes.

Pour ajouter un contrat de mutuelle sur PayFit, tout se passe dans le menu Entreprise :

 

Ensuite, tout comme l'ajout d'un organisme de prévoyance, il conviendra de renseigner tous les champs :

  • les salariés concernés par l'option du contrat de mutuelle
  • la date de début du contrat
  • l'organisme de complémentaire santé à choisir dans la liste
  • le type de contrat : s'agit-il du socle de base, de l'option 1, etc.

Par exemple, si votre contrat prévoit des options dans le contrat de mutuelle avec des garanties plus élevées, et donc un tarif différent lorsque le salarié y souscrit, alors il faudra ajouter autant de contrat de mutuelle qu'il n'y a d'options.

  • la référence du contrat qui est facultative : c'est l'identifiant interne qui vous est donnée par l'organisme de mutuelle.
  • le type de cotisations : les cotisations sont-elles sous forme de forfait ? de taux ? Par défaut, nous pré-sélectionnons le type Forfait car c'est la forme la plus courante de cotisations.

Si vous choisissez le type taux, vous pourrez ensuite définir la base sur laquelle sont calculées les taux :

  • les tranches : Tranche A, Tranche B et Tranche C
    • Tranche A : part de la rémunération < au PSS.
    • Tranche B : part de la rémunération comprise entre 1 et 4 PSS.
    • Tranche C : part de la rémunération comprise entre 4 et 8 PSS.
  • la rémunération brute : dans ce cas, il convient de définir le taux de cotisation de prévoyance qui sera prélevé sur la totalité du salaire brut.
  • les tranches et la rémunération brute: les deux conditions définies ci-dessus seront alors cumulées.
  • le PMSS (plafond mensuel de sécurité sociale) : en 2016, le plafond mensuel de sécurité sociale est égal à 3218 €. 

Cliquez enfin sur Ajouter le contrat pour que celui-ci soit pris en compte.

 

Vous pourrez si vous le souhaitez supprimer le contrat de mutuelle (en cliquant sur la croix) ou encore le modifier (en cliquant sur le crayon) pour par exemple affilier de nouveaux salariés au contrat :

Pas encore inscrit ? Découvrez PayFit gratuitement !