La classification des emplois

La classification des emplois est un élément essentiel du bulletin de paie et du contrat de travail. Elle détermine le statut du salarié dans l’entreprise et notamment sa rémunération minimum conventionnelle. Attribuer une classification professionnelle à un salarié revient à le classer dans une catégorie de salariés, c’est pour cela qu’elle s’effectue au cas par cas. Normalement la classification est convenue lors de l’embauche car elle est indiquée dans le contrat de travail du futur employé. Elle est négociable avant la signature du contrat. Chaque salarié doit en bénéficier et elle est déterminée en fonction de critères indiqués dans la convention collective à laquelle est assujettie l’employé.

Comment déterminer la classification ?

La classification professionnelle est composée de la qualification de l'emploi (exemple : ouvrier, employé, agent de maîtrise, cadre), d'un niveau et / ou d'un coefficient, selon votre convention collective.

Le niveau de classification du salarié est déterminé en fonction des critères retenus par la convention collective : nature des fonctions, formation, connaissances, expérience, responsabilité, autonomie, ancienneté, etc. A chaque qualification professionnelle correspond une description de tâches pouvant être demandées au salarié. Les grilles conventionnelles de classifications des emplois sont souvent accompagnées d’annexes utiles pour déterminer le niveau exact de chaque employé.

Attention la classification n’est pas figée et évolue tout au long de la vie professionnelle du salarié. Il faut veiller à ce que l’évolution de la classification du salarié suive bien l’évolution de sa carrière.

Une classification professionnelle non adaptée à l’emploi aura pour conséquence, soit un sur-classement, soit un sous-classement du salarié, chacun ayant des conséquences pour l’entreprise et les relations individuelles.

Que détermine la classification ?

La classification va définir les responsabilités professionnelles du salarié et son salaire minimum conventionnel. Le salaire ne doit pas être inférieur au minimum fixé par la convention collective compte tenu de classification.

Où est indiquée la classification ?

La classification professionnelle doit obligatoirement être inscrite dans les documents suivants :

  • Contrat de travail
  • Bulletin de paie
  • Certificat de travail
  • Le registre du personnel
  • L’attestation Assedic

Cette mention permet au salarié de se situer dans la classification des emplois dans l’entreprise et de vérifier qu’il perçoit la rémunération minimum conventionnelle.

Et sur PayFit ?

Sur PayFit lorsque vous renseignez les informations à propos du contrat du salarié, lors de l’étape Poste et Coefficient, vous indiquez la “Classification” dont le choix est pré-déterminé en fonction de la convention collective, puis le “poste” et / ou le “niveau” attribués. Toutes ces informations sont indiquées dans le contrat de travail du salarié. Si la classification n’est pas la même sur le contrat que sur le bulletin de paie alors il faut reprendre cela.

 

Lorsque la classification du salarié évolue, vous pouvez la modifier sur l’onglet Contrat → Modifier le contrat → Poste et Coefficient.

 

 

Pas encore inscrit ? Découvrez PayFit gratuitement !